O.

Assis devant mon verre d’eau, comme plongé dans une longue méditation, j’attends que la soif se fasse nécessitée. Balayés tous les goûts restés en suspens à l’intérieur de ma bouche. Les lèvres s’assèchent déjà et la langue dans des va-et-vient ne cesse de les consoler d’avoir à supporter cette petite torture. Le verre m’hypnotise, le jeu de lumières y est incroyable. Reflets, dégradés, éclats, distorsions, réverbérations, effets de miroirs, tout y passe. Tout n’est que lumière. Enfin, je bois, enfin je vois.

Publicités
Cette entrée, publiée dans art, est taguée . Bookmarquez ce permalien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s