Ailleurs.

Teramachi - Acrylique sur washi - avril 2010

Teramachi – Acrylique sur washi – avril 2010

L’endroit où l’on n’arrive jamais tout à fait. Quel dommage qu’il est un tel écart entre visiter un lieu et y vivre. Ailleurs, le regard devient plus intense, plus aiguisé. Sans doute une impossibilité physiologique qui nous oblige à supposer les choses qui nous entourent pour libérer de la place dans nos têtes. Car après tout, comment ferions-nous si tous les jours nous devions nous extasier sur notre quotidien, sur tout ce qui nous entoure, sur les trajets que nous faisons. Au même titre que nous ne pourrions pas faire grand-chose de notre temps, si nous devions sans arrêt penser à notre respiration !

Publicités
Cette entrée, publiée dans art, est taguée . Bookmarquez ce permalien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s