N’importe où.

Par la porte - Marseillant en plage 2011

Par la porte du camping-car la vue était anonyme. De grandes dunes cachées la mer que l’on entendait que les jours de vents. Le soleil chauffait le sol qui vous brulait la plante des pieds. Les heures s’étiraient comme de long fil sur lesquels nos serviettes peinaient à sécher.

Publicités
Cette entrée, publiée dans art, est taguée . Bookmarquez ce permalien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s