Matinée.

Chaleur dès six heures du matin, mais supportable malgré tout. Je me faufile dans ces ruelles touristiques. Les boutiques aux rideaux encore fermés sont redevenus des maisons aux odeurs de café chaud. Je m’installe peu importe où du moment que l’envie de dessiner est là. Je ne traîne pas, au bout d’un quart d’heure, je plie boutique et trouve un autre endroit.  8h30 ! D’un coup tout s’agite, les portes des petits magasins s’ouvrent, le flot des passants augmente peu à peu.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s