Le beau, le laid.

Alors parce que je ne travaille pas pour l’office du tourisme de Kyoto et aussi pour faire une description exacte de ce que je vois ici, je me suis mis en tête de dessiner aussi ces endroits peu flatteur qui constituent la ville. L’espace est précieux ici, donc exploité au maximum, en tous les cas pour le centre. Les résidus de places restantes deviennent de minuscules passages où s’entassent climatiseurs, distributeurs de boissons et fils électriques. Temples, maisons traditionnelles, immeubles en béton empilés, tous coexistent sur le même plan. Une myriade de détails, une accumulation sans fin, de quoi passer des heures à dessiner et au risque de choquer les amoureux d’un Kyoto plus épuré, j’aime aussi ce bricolage, cette quincophonie des temps, car dans une même rue, vous passer de L’ère Édo, aux années 80, en passant par les sixties.

Au-dessus de Sanjo dori - Feutre - Août 2011

Passage à Teramachi - Feutre - Août 2011

Au-dessus de Sanjo dori - Feutre - Août 2011

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s