Nu.

Nu - feutre - Mantes décembre 2011

Cela faisait une éternité que je n’avais pratiqué cet exercice. Le corps nu, sans artifice, dans un silence quasi religieux. Trouver les appuis, les proportions, donner un peu d’âme et de vie au dessin final, savoir s’arrêter à temps. Le but n’est pas l’achèvement, mais le parcours, la synthèse, l’humeur, l’envie, la recherche, l’histoire que l’on fabrique de toutes pièces pour créer un lien avec cette inconnue qui pose devant vous.

Publicités
Cette entrée a été publiée dans art. Bookmarquez ce permalien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s