Inachevé.

Nu couché - feutre - Mantes décembre 2011

Parfois s’acharner à finir est vain. Parfois c’est même précipiter la fin, tuer l’intérêt avant même sa révélation. Il y a dans l’inachèvement plus de beauté et de vie. Il y a plus à voir, à deviner. L’exécution, dans tous les sens du terme, est comme suspendue, comme si les armes pointaient, jamais ne tiraient, comme si l’artiste parti nous laissait les clés de l’atelier et nous donnait le choix de tous les regards.

Publicités
Cette entrée a été publiée dans art. Bookmarquez ce permalien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s