Faire vivre et laisser mourir.

P1080744

Sans doute les deux actions qui résument le mieux, ce que nous nous plaisons à faire toute notre vie. Même si indéniablement faire vivre remporte notre suffrage et nous est plus acceptable, l’une et l’autre de ces actions demeurent pour toujours inséparables. C’est dans mon travail personnel que j’éprouve le plus la fragilité de cette équation et l’invisible limite entre ces deux actions, car que je le veuille ou non dès le début, la fin est déjà là. Derrière chaque trait, chaque coup de pinceau, chaque couleur, comme en toute chose, la fin attend que vienne son tour. Elle ne cédera pas sa place à un autre début, pas question! Pas tant qu’elle n’aura brûlé toutes vos espérances, jusqu’à ébranler votre croyance, la conviction que vous aviez acquise en agissant, que vous ne faisiez que faire vivre ce qui vous entoure. Or vous êtes forcé de voir qu’il vous faut aussi accepter de laisser mourir. Il est peut-être là aussi le flou à la frontière de ces deux actions et il ne tient peut-être qu’à nous de ne pas voir cette zone comme le lieu où toutes les peurs se rejoignent, mais bien un lieu de naissance où apparaît l’inattendu. Alors je souhaite, non je nous souhaite, de ne plus avoir peur. Je nous souhaite de trouver et de laisser vivre cette part de flou en nous, celle de l’inconnu, de l’incertain, de l’indéfini, celle où tout reste encore possible, où tous les doutes sont permis, où les lacunes sont des espaces à remplir et non des espaces pleins, où l’autre a sa place à vos côtés peu importe qui il est, d’où il vient, ce qu’il aime et qui il aime. Cette part de nous qui nous fait hésiter, qui nous interroge, qui nous rend curieux et nous enseigne, cette part de nous si imparfaite qui fait de nous non pas ce que nous sommes, mais ce que nous devenons !

Publicités

2 réflexions sur “Faire vivre et laisser mourir.

  1. Article très beau, très vrai, très doux. Faire vivre et laisser mourir. Toi tu as pensé à la peinture, moi j’ai pensé à mes propres études, la médecine. Tout colle. Tes articles nous ramènent toujours à la même chose, finalement, que tu la nies ou la démontres : la vie est en chacun de nous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s