(V)ivre.

Quel état magnifique quand l’esprit baisse sa garde et ne décide de voir que la surface de ce qui l’entoure. Il n’est plus question de comprendre le monde mais simplement de le regarder se mouvoir autour de vous. Combien de temps, passé à édifier des kilomètres de murs pour se protéger et pour cacher sa vulnérable, sa solitude et sa peur de disparaître. Et lorsque comme par magie, pour une heure s’arrête cette infernale construction. Que l’envie de saisir la main de l’autre vous prend. Alors votre univers tout entier devient délicieux. L’ivresse n’est jamais loin dans ces états. Mais qu’importe, après tout lorsque l’on se convainc que vivre n’est pas forcément une chose grave en soi, « être » va de soi et « disparaître » devient une formalité.

Sur le dos de la tortue - Kyoto.

Sur le dos de la tortue – Kyoto.

Publicités

2 réflexions sur “(V)ivre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s