Goudron.

Fondre, se dissoudre, disparaître dans l’épaisseur de ce grand manteau noir. Ici commence cette longue et noire nuit. Ralentir les battements de son cœur pour passer à travers les mailles de ce filet. Seul le silence entre deux battements m’étourdit de tant d’oubli. Effacer son nom, son visage, son existence, juste une silhouette glissant au-dessus du sol. Mais qu’importe, puisque le jour finira par se lever sur nous. Le jour finira par se lever.

18 novembre 2013 - Mantes.

18 novembre 2013 – Mantes.

Publicités
Cette entrée a été publiée dans art. Bookmarquez ce permalien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s