4000 clics plus tard.

Les idées tristes ont toujours autant la côte avec moi. Il m’est presque impossible de lutter contre la pensée d’une catastrophe imminente. Et pourtant je suis là, encore, à désirer un mieux qui je le sais, ne m’aidera ni à me lever, ni à marcher, ni à respirer et encore moins à exister. Quand de l’eau, de la nourriture, du sommeil et peindre suffiraient, ma tête réclame toujours un peu plus. 4000 clic plus tard, l’heure des bouleversements est proche. Alors quoi, faut-il à nouveau faire des listes des actions accomplies et celles qui restent à faire. Toutes ces actions ont-elles un sens d’ailleurs à une époque où tout semble se confondre dans un impitoyable vide ? Tous ces riens qui s’additionnent, valent quoi au juste. Me nourrissent-ils comme j’aime à le croire ou bien au contraire me vident-ils d’avantage de ce que je suis ? Je me sens si étranger à moi-même parfois que j’en ai le vertige. La peur domine et je crois hélas qu’elle est, que je le veuilles ou non, salvatrice.

p1470596-1

Autoportrait – Huile sur toile – Détail (en cours) Février 2017.

 

Publicités
Cette entrée a été publiée dans art. Bookmarquez ce permalien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s