À nos amis

C’est l’heure des adieux. L’instant que l’on attendait plus parce qu’on y pense même pas et qui déboule au beau milieu de ma peinture. Trop tôt, beaucoup trop tôt. Je suis pourtant le premier à dire, à penser que toute chose a une fin et qu’on n’y peut rien, que c’est comme ça. Sans doute égocentriquement c’est à ma propre fin que je pense et qu’il faut bien se calmer et calmer son cœur, son âme, son corps. Qu’à bien y réfléchir, c’est encore de vie dont il est question, même là et même si nous ne nous parlerons plus jamais d’art, de vie, de rien, que je n’entendrais plus ton tonitruant « okay » qui ponctuait les fins de nos discussions, que nos épaisses mains ne se serreront plus, nous demeurerons des amis encore longtemps. Repose en paix mon pote.

p1470655

Publicités
Cette entrée a été publiée dans art. Bookmarquez ce permalien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s