Mère

P1500358

Était-il chaud, doux, emplie d’odeurs de gâteaux à la fleur d’oranger, de crème anti-âge ou de parfum suave et fleuri, de sucre, d’huile d’olive ou bien poivré, salé peut-être, mélange d’ail et d’oignons fries, de repas exotiques et de fumées ? Sans doute était-il tout cela à la fois et plus encore ? Ce dont je me souviens, c’est que le baiser de la mère était donné pour rien, pour tout, à tout moment du jour ou de la nuit, pour un oui, pour un non, pour un rien.

Publicités
Cette entrée a été publiée dans art. Bookmarquez ce permalien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s